L'association COMARA (Confluence Maroc Rhône-Alpes)

C'est une association laïque de type loi 1901. Elle a été créée, le 17 mai 2000 à Lyon (France).

Association COMARAAssociation laïque

A l'origine de sa création se trouvent des Marocains, des Français d'origine marocaine mais aussi des Français ayant des attaches avec le Maroc.

Un espaceDe réfléxion et de proposition

L'association constitue un espace de réflexion, de propositions et d'implusions de projets de développement et d'échange.

Une missionRenforcer les relations

Elle a pour mission de renforcer les relations entre la région Rhône-Alpes et des régions du Maros dans le cadre d'un partenariat équilibré.

Quelques photos de nos rencontres

N'attendez plus ! Rejoignez nous

Fermer

Depuis sa création, COMARA a mené avec succès plusieurs actions

Dans des domaines riches et variés grâce à l'implication de ses adhérants et sympathisants.

Un conseil d'administration de 15 membres impluse et anime les différents projets

  • Solidarité et co-développement
  • Actions éducatives
  • Espaces de débats
  • Espaces de réflexion
  • Perspectives pour le Maroc
  • Modernisation du Maroc

Membres du CA : Hana Lahrech (Présidente), Houcine Louali (Vice-président), Mustapha Najmi (Secrétaire général), Claude Volatier (Trésorier), Abdelilah Nadi (WebMaster)

Lahsen Abdelmalki (Administrateur), Nicole Chauvet (Administrateur), Hafida Klein (Administrateur), Ali Mostfa (Administrateur), Siham Moulali (Administrateur), Brigitte Régaldie (Administrateur), Aziz Taki (Administrateur),Abdelmalek Zine (Administrateur)

Femmes et villes


Si de nombreuses recherches en sciences humaines ont établi la pertinence d'un questionnement sur la place des femmes dans la ville, la littérature en tant qu'espace de création semble a priori échapper à tout déterminisme extérieur. Pourtant, l'imaginaire des lieux chez deux autrices, Naïma Lahbil Tagemouati et Francine Kahn, pourrait révéler une autre manière de configurer la spatialité. Le croisement de deux regards d'écrivaines l'une française, l'autre marocaine, permettra de révéler la manière dont l'écriture accueille et transforme des questions sur les différentes mémoires des villes : celles effacées, comme celle des Juifs marocains ou ces mémoires patrimonialisées et réinscrites dans des logiques d'un certain tourisme culturel.
Naima Lahbil-Tagemouati a été professeure d'économie à la faculté de Sciences Economiques, Juridiques et Sociales de l'université de Fès. Elle a dirigé la Fondation Esprit de Fès et le Festival des Musiques Sacrées du Monde en 2006-2007. Elle est actuellement consultante indépendante et romancière et s'intéresse en particulier à la réhabilitation des sites historiques (elle est spécialiste de Fès), à la culture comme outil de développement et aux questions d'habitat (notamment les bidonvilles). Elle est présidente de l'association des centres culturels américains au Maroc, et membre du conseil d'administration du Fonds International pour la Promotion de la Culture de l'UNESCO à Paris. Elle a publié de nombreux articles, des essais et des romans au Maroc (éditions le Fennec) et à paris (éditions Naïve, et Emoticourt).
Extrait : « Elle regarde cette ville « pur joyau « comme si elle regardait des images défilant sur un écran de télé dont on aurait coupé le son, dans une salle d'attente. Elle pense qu'elle préfère le Fès des livres plutôt que la ville devant elle, c'est moins fatigant. Fès est une drogue.
Francine Kahn vit à Lyon. Elle anime des ateliers d'écriture, a enseigné à l'université et en formation continue. Elle a travaillé pour le pôle culturel de l'Opéra de Lyon, pour l'écriture en atelier de mini-opéras. Elle a écrit Au creux les oubliés, un roman paru aux Editions Naïve Livres (2013), des nouvelles parues en revues, un recueil de nouvelles à paraître, des livrets de poèmes musicaux, spectacles montés à Lyon, Les oiseaux n'ont pas de copyright (2013) et Les saisons de la guerre (2014).
En 2016 est paru aux Editions du Bord de l'Eau, un travail d'enquête sociologique sur des parcours de vie de femmes, Ensemble et Différentes. Des femmes de Villeurbanne racontent, et en 2017 un roman Loin de Fès dispersés, publié par Virgule Editions.
Extrait : « Le cimetière juif de Fès écrasé de soleil. Tout part de là ou presque. De l'échoppe de Mordechaï le bijoutier du Mellah, aussi. L'exil disperse les personnages, les rassemble aussi. D'autres langues, d'autres chemins, des illusions qui tombent. " Loin de Fès dispersés. (4e de couverture)
Cette rencontre est organisée par les associations Camara, Coup de soleil en Auvergne-Rhône-Alpes et Raja-Tikva et sera animée par John Vella et Touriya FiliTullon de l'université Lyon 2